Déposez votre annonce gratuitement
Nord Pas de Calais Provence Alpes Côte d'Azur Corse

Consulter les annonces

Fin de vie, l'Assemblée légifère

L'Assemblée s'est prononcée dans l'après-midi du 17 mars dernier en première lecture en faveur de la proposition de loi du député PS Alain Claeys et de l'UMP Jean Leonetti sur la fin de vie par 436 voix contre 34. Ce texte prévoit le recours dans certains cas à une "sédation profonde et continue" de malades en fin de vie. Le texte a la particularité de rendre contraignantes les "directives anticipées" que tout individu peut écrire pour refuser l'acharnement thérapeutique. Ce vote dans l'hémicycle a été perturbé par un bref incident, des inconnus ayant jeté depuis les tribunes sur des députés de gauche des bouts de papier, sur lesquels était imprimé "Non à l'euthanasie" et "R comme résistance". 

"Dormir avant de mourir pour ne pas souffrir": Jean Leonetti, déjà auteur de la loi de 2005 contre l'acharnement thérapeutique, résume ainsi cette proposition de loi qui consacre une des promesses de campagne de François Hollande. Celui-ci s'était engagé à permettre à des malades atteints d'une maladie incurable, "provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable", de "bénéficier d'une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité". 

Une mesure populaire

Une sédation à laquelle 96% des Français se déclarent favorables lorsque le patient le décide, selon unsondage publié dimanche. Le pourcentage baisse légèrement à 88% dans le cas, également prévu par la proposition de loi, où la sédation serait réalisée sur décision de l'équipe médicale lorsque le patient ne peut exprimer sa volonté. 

Un peu moins massivement, mais très majoritairement aussi, les Français seraient prêts à aller plus loin que le texte, en se prononçant à 80% pour une loi légalisant l'euthanasie. 

Le gouvernement refuse l'assistance médicalisée à mourir

Mais les deux auteurs de la proposition de loi, comme la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine, se sont obstinément refusés durant la discussion parlementaire à aller dans ce sens, faisant repousser -à une assez faible majorité- des amendements d'une partie des socialistes, des écologistes et des radicaux de gauche autorisant dans certains "une assistance médicalisée à mourir". 

De ce fait, certains auteurs de ces amendements, comme le socialiste Jean-Louis Touraine, qui juge la proposition de loi "frustrante tant elle est frileuse, timorée", une majorité du groupe écologiste et des radicaux de gauche s'abstiendront lors du vote. "Cette loi ne va pas fonctionner" en raison de ses "ambiguïtés" et "il y aura à nouveau des personnes mises en cause devant les tribunaux", pronostique Véronique Massonneau, porte-parole des députés EELV sur ce texte. 

Les pro-euthanasie frustrés

L'Association pour lr droit de mourir dans la dignité, partisane de l'euthanasie, a prévenu les parlementaires que les Français "sauront se rappeler, le moment venu en 2017, des promesses oubliées d'une liberté individuelle, l'ultime liberté, qui permet à chacun, en conscience, de décider de ce qu'il souhaite pour sa propre fin de vie". 

A l'inverse, les socialistes sont "fiers" de voter "une grande loi sur un grand sujet de société", apportant des "avancées pour choisir sa fin de vie et soulager les douleurs qui l'accompagnent", a fait valoir leur porte-parole Hugues Fourage. 

Une poignée de députés opposés

De même, selon le président du groupe UMP Christian Jacob, le texte est "dans la continuité de la loi de 2005" et on ne devrait compter dans ses rangs que 10 à 20 abstentions et quelques votes contre. Ces élus de l'Entente parlementaire pour la famille, relayant les réticences des représentants des religions, estiment, comme le démocrate-chrétien Jean-Frédéric Poisson, que "les risques de dérive euthanasique sont toujours présents". 

Les centristes de l'UDI vont dans leur "grande majorité" voter pour, 4 ou 5 devant se prononcer contre. "Le texte est équilibré, même si on aurait aimé un peu plus d'engagement du gouvernement sur les soins palliatifs", juge leur chef de file Philippe Vigier. 

Copyright© Lemondedesaidants.com | Réalisation 3wcom | Petites annonces gratuites