Déposez votre annonce gratuitement
Nord Pas de Calais Provence Alpes Côte d'Azur Corse

Consulter les annonces

Jean-Christophe Parisot, “Résistant de l’exclusion”

 Né le 20 juin 1967 à Douaia (Cameroun), Jean-Christophe PARISOT est un homme politique et un haut-fonctionnaire français. Il est le petit-fils de Jean Parisot héros de la résistance d'Epinal mort en déportation. Il est atteint de  myoptahie, une maladie génétique évolutive… Depuis le 15 février 2012, il assure les fonctions de Préfet hors cadre, investi d’une mission de service public sur le thème de l'exclusion.

 

ENTRETIEN

Lemondedesaidants.com : En 1989, âgé de seulement 22 ans, vous étiez déjà impliqué dans la vie publique en tant que porte-parole des étudiants handicapés au Ministère de l'Éducation nationale auprès de François Bayrou, Ministre de l'époque. A cette période, quelles étaient vos motivations ?

Jean-Christophe PARISOT : Formuler des besoins occultés, donner de l’espoir aux étudiants handicapés, modifier la culture de l’enseignement supérieur. Un grand chantier.

 

Lemondedesaidants.com : En 2002 et 2007, vous vous êtes présenté aux élections présidentielles, avec comme slogan, "le handicap, une chance pour la France" : quel message souhaitiez-vous faire passer au grand public et aux politiques également en lice, vos principales propositions/revendications? Avez-vous été entendu ? Quels enseignements tirez vous de cette expérience?

Jean-Christophe PARISOT : Le message était clair : une personne handicapée (ou âgée) doit être acteur et non spectateur de la vie de la cité. Ce choc symbolique qui consistait à se présenter aux élections était un grand pas. Les principales propositions défendues sont toujours d’actualité : indexation de l’Allocations aux Adultes Handicapés sur le coût de la vie, école pour tous, meilleure représentation des personnes handicapées dans les Maisons Départementales des Personnes Handicapées, reconnaissance du droit syndical dans les Etablissements et Service d’Aide par le Travail, etc (…), bref plus de transparence à tous les niveaux. Ce mouvement citoyen a influencé la rédaction et le suivi de la loi de 2005. Cette aventure démocratique n’est jamais achevée !

 

Lemondedesaidants.com : Suite à votre nomination en tant que délégué ministériel à l'Emploi et à l'Intégration des personnes handicapées, vous avez fait de nombreuses recommandations pour faciliter l'accès à l'enseignement supérieur des personnes handicapées : donnez nous quelques exemples de recommandations?

Jean-Christophe PARISOT : Donner la chance d’enseigner aux professeurs des écoles en situation de handicap, recruter des agents ayant un handicap mental ou psychique, écouter les familles (…) Tout cela est de l’ordre du possible au même titre que la mise en place de structures nouvelles (je pense à Aide-Handicap-Ecole) qui m’a demandé une énergie folle !

 

Lemondedesaidants.com : En 2008, vous avez été nommé sous-préfet, secrétaire général du Lot. Vous devenez ainsi, le premier membre du corps préfectoral en situation de handicap? Puis, le 28 octobre 2010, vous avez été promu sous-Préfet “hors cadre” avant de devenir le 15 février 2012 Préfet en mission de service public sur le thème de l'exclusion. En quoi consistent vos fonctions et d’ou vient cette envie tenace de servir la France ?

Jean-Christophe PARISOT : Administrateur civil, j’ai fait ma demande au Ministre de l’Intérieur de l’époque de devenir sous-Préfet. Ma démarche a été prise au sérieux. Ce qui pour moi était un défi personnel, était pour ce Ministère un défi collectif, lequel impliquait pour me permettre d’exercer ma mission le changement de l’accessibilité des locaux et une dématérialisation des documents. J’ai vécu cette nomination comme un encouragement, avec toujours le risque de devenir un “alibi”, mais c’était un risque à prendre ! Il n’y a de sens dans la vie qu’avec les autres… Servir mes concitoyens est le plus bel honneur que l’on puisse me faire. Pour moi, il ne s’agissait pas de devenir “un prince de la République”, mais plutôt d’être à l’écoute des autres avant tout, et de trouver de nouvelles solutions à leurs problématiques. Ma vie et mon expérience professionnelle me conduisent dans des missions d’expertise. Je connais les difficultés de la réclusion physique et je comprends les différentes autres formes de réclusion, qu’elles soient économique, mentale ou culturelle. A ce titre, le Gouvernement me demande aujourd’hui de faire des propositions pour améliorer la vie de mes concitoyens et de faire comprendre à la société que la dépendance n’est pas une tare mais plutôt une chance, car par nécessité, elle débouche bien souvent sur de belles rencontres très enrichissantes…

 

Lemondedesaidants.com : Au quotidien, vous êtes accompagné par des aidants, qui facilitent vos déplacements et certaines de vos démarches ? Quel ont été les critères du choix de ceux qui vous accompagnent dans la vie, autrement dit, qu’attendez vous d’un aidant ?

Jean-Christophe PARISOT : Je suis accompagné de 4 aidants qui se relayent pour m’aider à vivre normalement. S’ils sont tous différents, je cherche avant tout un “savoir être” plutôt qu’un savoir-faire. Mes aidants n’ont pas de diplômes particuliers, mais ont tous en commun une volonté de bien faire et de respecter mon activité. Il n’y pas de méthodes particulières de recruter sinon l’envie d’être aidé et ne pas se sentir surveillé même si cela peut être avec la meilleure volonté du monde.

 

Lemondedesaidants.com : D’où tirez vous la force d’agir au quotidien ?

Jean-Christophe PARISOT : De la certitude que rien n’est plus beau sur terre que la qualité de la relation aux autres. On est heureux qu’avec les autres. Notre société occidentale s’est lourdement trompée en parlant de la dépendance et de l’autonomie comme s’il fallait fuir les rencontres. Je suis dépendant depuis plus de 35 ans et suis en légitimité de l’affirmer.

 

Lemondedesaidants.com : L’accès à cette nouvelle fonction de Préfet hors cadre honore la mémoire de votre grand-père, Jean Parisot héros de la résistance d'Epinal. Car à votre façon, vous êtes un résistant contre l’exclusion…  

Jean-Christophe PARISOT : J’ai eu la chance de bénéficier d’un vécu, d’un témoignage familial qui m’a permis très jeune de comprendre que l’important, ce n’est pas la quantité des années à vivre, mais la qualité. Vivre ensemble devrait être la première des priorités de tout être humain.

 

Lemondedesaidants.com : Avez vous un message à adresser aux aidants et/ou aux personnes aidés? 

Jean-Christophe PARISOT : Notre société est trop “technicisée” et la dimension humaine est bien trop souvent reléguée au second plan. La condition d’aidant est une vocation par trop peu reconnue qui devrait à mon sens déboucher sur une valorisation des acquis de l’expérience réelle et susceptible de pouvoir être intégrée à d’autres cycles de formations universitaires. Il est indéniable que vivre auprès d’une personne âgée ou/et handicapée durant des années confère des compétence de haut niveau à l’aidant. Ce qui est fondamental, c’est le respect de la liberté de la personne aidée qui doit retrouver confiance en elle malgré des chocs physiques ou psychologiques souvent irréversibles. La joie d’être aidé peut développer d’extraordinaires complémentarités avec les aidants et renouveler profondément notre connaissance du sens de la vie…

Romancier, Jean-Christophe Parisot a publié en 2009 "Ce mystérieux Monsieur Chopin" chez L'Harmattan et en 2010 "Le rêve nubien" chez Privat

Retrouver Jean-Christophe Parisot sur son site Internet : www.jcparisot.com

Copyright© Lemondedesaidants.com | Réalisation 3wcom | Petites annonces gratuites